Avec Braudel

PREFACE de
La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II

J’ai passionnément aimé la Méditerranée, sans doute parce que venu du Nord, comme tant d’autres, après tant d’autres.
(…)
L’idéal serait sans doute, comme les romanciers, de camper le personnage à notre gré, de ne jamais le perdre de vue, de rappeler sans cesse sa grande présence. Malheureusement ou heureusement, notre métier n’a pas les admirables souplesses du roman
(…)
Je pense que la mer, telle qu’on peut la voir et l’aimer, reste le plus grand document qui soit sur sa vie passée. Si je n’ai retenu que cette leçon de l’enseignement des géographes, je l’ai retenue avec une obstination qui donne son sens à toute mon entreprise.
On pensera qu’un exemple plus simple que la M2diterranée m’aurait sans doute mieux permis de marquer ces liens de l’histoire et de l’espace, d’autant qu’à l’échelle des hommes, la mer Intérieure du XVIe siècle est plus vaste encore qu’elle ne l’est aujourd’hui ; son personnage est complexe, encombrant, hors série. Il échappe à nos mesures et à nos catégories. De lui, inutile de vouloir écrire l’histoire simple il est né le…. ; inutile de vouloir dire, à son propos, les choses bonnement, comme elles se sont passées… La Méditerranée n’est même pas une mer, c’est un « complexe de mers », et de mers encombrées d’îles,coupées de péninsules, entourées de côtes ramifiées. Sa vie est mêlée à la terre, sa poésie plus qu’à moitié rustique, ses marins sont à leurs heures paysans ; elle est la mer des oliviers et des vignes autant que celle des étroits bateaux à rame ou des navires ronds des marchands, et son histoire n’est plus à séparer du monde terrestre qui l’enveloppe que l’argile n’est à retirer des mains de l’artisan qui la modèle. « Fais l’éloge de la mer et tiens-toi à terre » dit un proverbe provençal.

Nous ne saurons donc pas sans peine quel personnage historique exact peut être la Méditerranée
(…)
Rien n’est plus net que la Méditerranée de l’océanographe, du géologue ou même du géographe : ce sont là des domaines reconnus, étiquetés, jalonnés. Mais la Méditerranée de l’histoire ?
(…)
Ces problèmes de l’encadrement, les premiers à se poser, appellent tous les autres : délimiter, c’est définir, analyser, reconstruire et, en l’occurrence, choisir, voire adopter une philosophie de l’histoire.

PAGE SUIVANTE

un peu d'Histoire Géo ne fait pas de mal….