BRAUDEL 03

La Méditerranée, ce sont des routes de mer et de terre, liées ensemble, des routes autant dire des villes, les modestes, les moyennes et les plus grandes se tenant toutes par la main. Des routes, encore des routes, c’est à dire tout un système de circulation. C’est par ce système que s’achève à nos yeux la compréhension de la Méditerranée, laquelle est, dans toute la force du terme, un espace-mouvement. A ce que l’espace proche, ou terrestre ou marin, lui apporte et qui est la base de sa vie quotidienne, le mouvement ajoute ses dons.(…) N’est-ce pas parce que Florence se nourrit du blé sicilien, que la Toscane rurale a pu se spécialiser dans la culture de la vigne et de l’olivier ?(…) Les routes de la Méditerranée ont agrandi démesurément l’espace exploité par les villes et les marchands de la mer intérieure. C’est tout de même un M2diterranéen qui découvre pour ses contemporains la Chine lointaine : Marco Polo est de retour à Venise en 1296. C’est encore un Méditerranéen Christophe Colomb qui découvre l’Amérique en 1492.

F. Braudel, La Méditerranée, l’espace et l’histoire, 1985

un peu d'Histoire Géo ne fait pas de mal….