Bonne visite

BLOG DE LA VISITE du 20 décembre….

Braudel et la Méditerranée

La Méditerranée est traitée comme le personnage principal de la thèse de l’historien Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe Il, publiée en 1949. La méthodologie mise en place par l’historien est inspirée de l’École des Annales et s’oppose à l’histoire événementielle, considérée comme « la couche brillante et superficielle de l’Histoire ».

Elle est fondée sur l’interrelation de trois temps: le temps géographique — la longue durée», le temps des sociétés dans leurs dimensions économique et sociale et le temps événementiel. Appliquée à la Méditerranée de Philippe II, la méthode Braudel prend tout d’abord en compte l’homme dans son milieu, l’univers géographique, soit l’espace maritime quasi clos qui a vu se fabriquer, se mêler et se défaire de nombreuses civilisations depuis plusieurs millénaires.

Le deuxième temps est celui de l’analyse des échanges économiques et sociaux au sein de sociétés souvent urbaines.

Le troisième temps dont nous parlons (les XVIe et XVIIe siècles) est celui des événements. Les protagonistes de cette histoire sont des empires: l’Empire ottoman, l’empire des Habsbourg et leurs centres d’échanges, les villes et ports d’Istanbul, Venise, Alger, Gênes, Séville, Lisbonne. Pendant ce siècle et demi, le système méditerranéen reposant
sur ces deux empires est en équilibre: un monde en vase clos, alternant des périodes d’échanges économiques et de conquêtes territoriales.

Des événements vont perturber cet équilibre: le commerce des épices crée de nouvelles routes maritimes — et particulièrement la première circumnavigation (= navigation autour de l’Afrique par le Cap de Bonne Espérance) du Portugais Magellan en 1522 — qui permettent de contourner la Méditerranée et marquent le début de son déclin.

Commencez avec l’onglet ACCUEIL