pour bien commencer…

On va d’abord faire du vocabulaire… en fait on va alléger notre vocabulaire..
Voilà 3 mots à faire disparaître de nos échanges :
COBAYE… c’est un habitué des promotions de réforme, « ouais, scandale, on est les cobayes, on a tout contre nous… il vont faire n’importe quoi ».. Erreur mon grand ! L’institution fait TOUJOURS n’importe quoi.. Et puis cobaye, on l’est toujours.. Mais dans ce commencement ce qui retient mon attention c’est pas tant la situation hésitante que vous traduiriez par « cobaye » que la nouveauté.. Quel bienfait.; vous pouvez pas savoir.. Qu’est-ce qu’on s’emmerde quand les programmes changent pas.. Toujours la même chose à dire et redire.. Au moins là, on va pas s’embêter !!!
2eme mot :
DECEPTION… Je sais pertinemment que nombre de profs l’emploient ce foutu mot et tous les dérivés… « Vous m’avez déçu ce trimestre ».. Va te faire voir monsieur le prof..!!! Si tu es déçu c’est que ton évaluation diagnostique ne valait pas un clou et qu’en fait tu t’es fait des idées… Ou bien c’est que ton jugement incorpore des sentiments.. erreur professionnelle grave!… Alors ne culpabilise pas ton élève qui a la patience de rester en cours… et ta déception tu te la garde.. Pareil pour les parents et pour les élèves.. Personne n’a à être déçu dans ce foutu métier.. Parce que la déception c’est la mort du désir.. Et si on n’a pas de désir dans notre activité, on est mal… Si tu ne désires pas avancer, connaître, comprendre, vivre, lire, expliquer, autant arrêter tout de suite.. On ne fait que ça en filière générale…
3eme mot:
MEDIOCRE… alors lui je vais lui faire un sort particulier.. C’est un tabou permis ! Parce que médiocre en fait c’est moyen.. Mais avec une connotation péjorative.. Tu dis médiocre pour écraser… tu dis moyen pour ne rien dire.. tu dis c’est déjà ça pour encourager.. Alors médiocre, j’aimerais rassurer tout le monde.. Médiocre c’est le cas le plus répandu.. Les lecteurs de Tocqueville me comprendront ! Médiocre c’est le plus répandu… alors, Médiocres, mes frères, nous allons nous passer de ce jugement à la noix… Ou alors nous allons exceller dans la médiocrité, être de grands médiocres qui vont faire péter la médiocrité.. Si on en reste à ces mots là.. rien de bon ne peut nous arriver.. On entre dans la grande machine du jugement express inhumain, très actuel, la condamnation flash, de laquelle on ne sort parfois pas du tout….
Alors voilà, on va laisser tomber ces 3 foutus mots et se mettre au boulot en laissant parler les beaux parleurs…

bonjour l’ambiance… voilà quelques citations en passant :
« En somme, l’époque est idéale pour les personnes exceptionnelles, et désastreuse pour les individus moyens » S. Galloway The Four, 2018, p 303
géniale intuition quand on est plus de 7 milliards sur terre.. Découverte qu’il n’y a pas 7 milliards de génies ! Le prof que je suis ne peut pas admettre que tous ses élèves sont des génies.. c’est sur, même avec 100% au bac ! En revanche tout le monde a la possibilité de progresser
« Parce que tu es tiède et non froid ou bouillant, je vais te vomir de ma bouche » Ap. 3, 16, v. 80 ap JC.
parole d’un Dieu qui ne veut pas se satisfaire du minimum.. Sois pour ou contre, pas dans l’obéissance subie
« Tu la voyais pas comme ça ta vie / Tapioca, potage et salsifis / On va tous pareils, moyen, moyen
La grande aventure, Tintin / Moi aussi, j’en ai rêvé des cornemuses / Terminé, maintenant dis-moi qu’est-c’ qui t’amuse?  » A. Souchon, Le Bagad de Lann-Bihoué, 1978
constat du trentenaire qui s’aperçoit que les rêves n’étaient que des rêves.. En Lycée on est à l’âge des rêves.. Faut-il s’en passer au prétexte du principe de précaution, de réalité et d’efficacité ????

pour ceux qui voudraient bien s’orienter, voilà quelques conseils officiels :
2019_CPGE_bac_general_infog_1137898